Trois catégories de symptômes dans la dépression

L’humeur dépressive

Dans une conférence dédiée à la dépression, le docteur en psychologie et psychanalyste M. Nabati évoque l’utilisation restrictive du syndrome dépressif. Il définit la dépression d’après trois catégories de symptômes : le premier symptôme est la chute de l’humeur, le déprimé n’a pas le moral, il est sombre, il est négatif, il est pessimiste, il n’a envie de rien, il s’ennuie, il pleure, il ne s’intéresse à rien, il est triste, il perd l’estime et la valeur de lui-même, il a une mauvaise image de soi, il n’a pas confiance en lui, il n’a pas d’amour pour lui-même et il trouve que sa vie n’a pas de sens, il se trouve nul, idiot, moche, inintelligent, etc. Tous ces états de mal-être signent l’existence d’une humeur en chute libre.

La souffrance morale

Le deuxième symptôme spécifique à la dépression est la souffrance morale. Le déprimé est conscient de sa dépression, il souffre et essaye de lutter contre elle. Plus il lutte contre la dépression et plus la dépression augmente. Vous pouvez imaginer un ressort, plus vous exercez une pression sur celui-ci et plus vous lui donnez de l’énergie. En fait, c’est la même chose qui se produit avec la dépression, à partir du moment où l’on est dans une lutte par rapport à son symptôme, on le nourrit, on nourrit le monstre du minotaure dans le labyrinthe. Non seulement le moral n’est pas apaisé, mais plus la lutte est intense et plus le symptôme se nourrit de la souffrance. Ainsi, le déprimé souffre et essaye de lutter contre sa souffrance, il se sent inférieur, il est dans le dénigrement de soi et fait état de sentiments de culpabilité avec une représentation de soi et de sa vie très péjorative.

Pour aller plus loin sur le sujet :

Bibliographie du psychanalyste M. Nabati

Lire la suite de cet article dans notre dossier consacré à la dépression